Tout ça ne nous rajeunit pas

Année 1995

Dans les années 1994, le ministère de l'Éducation Nationale se rend compte que la norme NFC 18-510 est applicable également dans les établissements scolaires depuis le décret du 14 novembre 1988.
Bon, vous allez dire, 6 ans de retard, c'est pas si étonnant.

Début 1995, le corps d'Inspection d'Aquitaine met en place une cellule (Le CAPS) nommée Centre Académique Prévention Sécurité basé au LEP de Bègles. Un accord cadre est signé entre le Rectorat, la CRAMA et l'Inspection du travail.

Quel boulot !

Une quinzaine de formateurs, un secrétariat, un formateur spécifique pour le CAFA (les agents de service), une salle d'accueil avec des ressources INRS à disposition.
Cette équipe forme tous les professeurs d'Électrotechnique, d'Électronique, Maintenance ainsi que d'autres spécialités moins répendues.
L'idée est que chaque professeur formé répercute la formation à ses élèves et améliore la sécuritré électrique dans sa pratique quotidienne.

Et puis la fin...

Tout ce travail de mise en place s'éteint petit à petit, dès que tous les profs en place dans l'Académie sont formés.
Maintenant que les IUFM forment les nouveaux enseignants, cette cellule du CAPS devient obsolète et disparaît vers les années 2005.

Pour l'histoire...

Pour la petite histoire, à l'origine, il était question de former également les professeurs au SST (Sauveteur Secouriste du Travail).
Les besoins en formation étaient de 5 jours pour les électrotechniciens, 6 jours pour les autres.
2 jours pour le SST + 3 ou 4 jours pour l'habilitation.

Aujourd'hui, une nouvelle équipe de 12 formateurs Académiques assurent les formations Prévention du Risque Électrique auprès des professeurs concernés par le risque électrique, pour eux et pour leurs élèves...

B2

bricolo

surveillant

armure